Devis faux plafond.

Pose de faux plafond

A combien s’élève le devis de pose d’un faux-plafond ? A combien se monte le devis moyen d’installation et de peinture d’un faux-plafond ? Y-aurait-il eu une grande différence dans le devis si le client avait opté pour un faux-plafond tendu ? Eléments de réponse.

Devis de pose d’un faux-plafond.

Le devis sur lequel nous allons travailler ici porte sur l’installation et la mise en peinture d’un faux-plafond suspendu dans le salon et le bureau d’un logement nouvellement construit. Les dimensions de ces pièces sont respectivement 5 x 6 m et 4 x 3 m.

La hauteur initiale du plafond est égale à 2,75 m et le client ne souhaite pas qu’elle aille au-dessous de 2,50 m à la fin du chantier pour éviter que l’espace de vie ne soit trop confiné.

Selon les termes convenus, le client va fournir les matériaux et le paiement se fera en 3 fois : 30 % en début du chantier, 30 % avant la mise en peinture et le reste à la fin.

Les montants ci-dessous incluent déjà les coûts relatifs à la préparation avant chantier (protection des sols, courveture des meubles, etc…) et au nettoyage à la fin du chantier, ainsi que le coût de la main d'oeuvre.

Prestation Surface Prix Total
Pose du faux-plafond suspendu42 m250€2 100€
Peinture du faux-plafond suspendu42 m225€1 050€
TOTAL HT3 050€
TVA(20%)610€
TOTAL TTC3 660€

Détails du devis de pose d'un faux plafond.

A titre de rappel, un faux-plafond est un plafond installé en dessous du vrai plafond soit pour couvrir son usure ou ses imperfections (cas d’une rénovation), soit pour faciliter le camouflage des câbles électriques ou des conduits et l’installation des isolants. Ce qui peut s’avérer être très pratique et très économique en cas de réparation.

Il en existe deux grandes catégories : le faux plafond tendu et le faux plafond suspendu. C’est ce second modèle qui va faire l’objet du présent devis. Il est le plus courant parce qu’il présente les mêmes caractéristiques qu’un plafond classique : aspect, rigidité, etc… Sa mise en place est relativement aisée, mais il faut avoir de l'expérience et respecter plusieurs étapes pour parvenir à un résultat satisfaisant.

Pose du faux-plafond suspendu.

Selon ce qui a été prévu, la pose du faux-plafond suspendu va se dérouler comme suit.

Il faut commencer par dépoussiérer le plafond initial et les murs autour, car il est très important de travailler sur des surfaces saines et sèches. Suite à cela, il faut marquer l’emplacement du second plafond qui est ici à 2,50 m du sol à l’aide d’un crayon et d’un mètre sur les différents angles de la pièce, puis fixer des vis sur ces repères et tendre un cordeau dessus, depuis un angle jusqu’à l’angle opposé, pour avoir une idée sur la ligne de pose du nouveau plafond.

Ensuite, il faut installer les rails qui vont supporter les structures métalliques du faux-plafond. Ceux-ci sont fixés aux murs, toujours suivant les marques, au moyen de chevilles à frapper, et ce, tous les 60 cm pour une meilleure tenue. Ils peuvent être coupés en fonction des besoins en longueur. Pour un résultat optimal, le mieux est de procéder par murs opposés, puis enchaîner avec les murs qui leur sont perpendiculaires.

Après cela, il faut fixer au plafond les suspentes sur lesquelles l’ossature métallique ou les montants du faux-plafond vont venir s’appuyer. Il faut une rangée de suspentes tous les 2 mètres, et sur chaque rangée, il faut que l’écart entre 2 suspentes soit égale à 60 cm. Les montants vont venir s’y insérer, et si tout est fait dans les règles de l’art, ils vont eux aussi être espacés de 60 cm. Il ne restera plus, par la suite, qu’à visser leurs extrémités aux rails.

Enfin, les câbles électriques seront fixés à l’ossature métallique à l’aide de colliers, les bandes d’isolant de 10 cm d’épaisseur seront disposées dessus et les plaques de placo seront installées avec leurs jointages (bandes de jointage). Pour finir, la surface du faux-plafond sera lissée avec un enduit de lissage afin de la préparer à recevoir son revêtement final.

Peinture du faux-plafond suspendu.

Etant donné que les plaques de plâtre ne sont pas très esthétiques à l’état brut, il a été convenu de les peindre. Pour ce faire, le faux-plafond va être légèrement poncé, dépoussiéré et essuyé avec un linge humidifié pour enlever toutes traces de résidus qui risquent de compromettre l’adhérence de la peinture.

Une sous-couche de peinture spéciale placo va, par la suite, être appliquée, et une fois celle-ci sèche, deux couches de peinture glycéro viendront tout parfaire.

Devis moyen de pose d’un sous-plafond.

Le devis de pose d’un faux-plafond en placo se monte ici à 3 660 euros, fournitures et pose comprises, pour une surface totale de 42 m2 ; ce qui revient à 87,14 euros par m2, un montant légèrement supérieur à la fourchette des prix constatés pour les mêmes travaux en France à savoir 20 à 60 euros par m2, fournitures et pose comprises.

Cet écart peut être expliqué par le rajout des travaux de finition. En enlevant le coût de la mise en peinture et la TVA y afférant (1 260 euros en tout), on se retrouve avec 2 400 euros, soit 57,14 euros par m2, main d’oeuvre comprise. Cette fois-ci, le devis frôle un peu la borne supérieure de la moyenne, mais si on tient compte du fait que le prix de l’isolant est déjà compris dedans, on peut dire que le montant du devis est correct.

Maintenant, si on prend d’un côté la fourchette des prix constatés pour la réalisation d’un faux-plafond suspendu en plaques de plâtre, et de l’autre, la fourchette des prix pratiqués pour la pose d’isolant, et qu’on les combine (20 à 60 euros par m2 et 20 à 100 euros par m2, donc 40 à 160 euros par m2 en tout), on se rend compte que le devis est très intéressant, car les 57 euros et quelques se trouvent vraiment dans l’intervalle inférieur.

Différence de devis avec un faux-plafond tendu.

Le faux-plafond tendu est une toile en PVC ou en polyester qu’il faut étendre à l’aide d’une ossature en bois ou en métal. Elle est très esthétique et est personnalisable à souhait. Elle peut accueillir toutes sortes de décoratifs et éclairages qui se fixent au plafond. Elle est disponible sous divers coloris et motifs.

Ses points faibles résident dans sa mise en oeuvre qui est un peu plus complexe et un peu plus chronophage que celle de la version suspendue. Il faut beaucoup de technicité et d’expérience pour obtenir quelque chose de bien lisse et d’esthétique. C’est ce qui explique en grande partie sa cherté.

Si le maître d’ouvrage avait choisi un faux-plafond tendu à la place d’un faux-plafond suspendu, le montant du devis aurait à coup sûr été plus élevé. En moyenne, elle coûte entre 50 et 120 euros par m2, fournitures et pose comprises, selon la matière choisie : soit 50 à 100 euros par m2 pour du PVC et 60 à 120 euros par m2 pour du polyester.